2050, la nourriture
en voie de disparition

D’ici 2050, le chocolat est voué à disparaître dû au réchauffement climatique.
La crise globale de l’alimentation dans le monde est à prendre très au sérieux. En effet, de multiples facteurs sont à considérer : la croissance de la population mondiale, l’augmentation du gâchis alimentaire dû à nos habitudes de consommation et le système de production de masse.
À travers huit posters, Gemma Warriner s’interroge sur la tragique prédiction des années 2050 : la Terre arrivera-t-elle à répondre aux demandes d’une population qui s’accroît, toujours plus gourmande en ressources alimentaires ? Cinq de ses sujets servent de fil conducteur à cette page, sur lesquels viennent se greffer des études complémentaires.

Climate Change

Climate extremes, regional impacts, and the case for resilience


par The World Bank

Début du 21e siècle, nous sommes en plein réchauffement climatique.
Depuis la moitié du 20e siècle, la température a augmenté de 1,4°C. Cette transition entraîne des conséquences sur la faune et la flore terrestre, mais aussi sur le niveau des océans qui ne cesse de monter. Dans sa one-page, le projet de The World Bank explique l’impact qu’aura cette augmentation de la température sur nos habitudes.
rise-in-sea water-availability warming-exceeding summer-heat

Population Growth

Population lines


par James Cheshire

Ce changement climatique est en partie causé l’Homme et ses habitudes de consommation. Si la population accroît, les conséquences n’en seront que plus désastreuses. Or, la population mondiale est justement amenée à augmenter de deux milliards d’individus d’ici 2050. L’affiche de James Cheshire représente ce phénomène sur une carte du monde. On observe alors que certaines régions sont amenées à voir des pics démographiques plus importants que d’autres.
population-lines-world

Food Production

Feeding the World


par Jonathan Foley

La production alimentaire mondiale en fonction de la croissance de la population. Comment ferons-nous pour nourrir 9 milliards de personnes en 2050 alors que nos denrées s'appauvrissent ? Le dossier de National Geographic tente de répondre à cette question en analysant des données actuelles sur l’utilisation des ressources mondiales selon la démographie, il propose ainsi un plan en 5 étapes pour palier à ce problème.
Comment nos cultures sont utilisées

Comment nos cultures sont utilisées

Où les rendements pourraient s'améliorer

Où les rendements pourraient s'améliorer

Food Production

feeding-the-world

https://www.youtube.com/watch?v=3rtEMp8_7z4

Agriculture industrielle: produire à mort


par France Télévisions & Premières lignes avec Storycircus

La production alimentaire est l’une des premières conséquences du changement climatique. Chaque année nous dépensons davantage d’énergies fossiles et de produits chimiques pour obtenir des récoltes inconstantes. La vidéo de DataGueule explique ce phénomène, et nous permet de comprendre pourquoi il est urgent de changer nos habitudes de consommation.
Calorie Niveau d'endettement

Consumption Trend

The rythm
of food


par Google News Lab and Truth & Beauty

Nos habitudes alimentaires sont en constante variation, d’ici 2050, les demandes de ressources pourraient augmenter de 30%. Le projet Rythm of Food étudie nos habitudes et fréquences alimentaires à travers les recherches Google, puis les trie dans des infographies annuelles. On constate alors les demandes saisonnières de certains aliments, qui sont parfois transgressées par des demandes événementielles comme des fêtes religieuses ou commerciales.

Food Waste

The food
wastes


par Jenny Ngyuyen

Les efforts pour cultiver les besoins de la population mondiale sont en contradiction avec la réalité. En effet, une grande partie des ressources alimentaires sont gâchées pour des raisons de normes d’apparences ou de conservation. Cette tendance au gâchis est analysée par Jenny Ngyuyen à travers cinq acteurs différents : les établissements publics, les grandes distributions (restaurant, supermarchés), les petits commerces spécialisés (boulangeries, boucheries) et les produits de grande consommation, lieux où le gâchis alimentaire est très présent.